logoresomed
banniere
blason Vieil Hesdin

Engerrand de Hesdin - 8eme Comtes d'Hesdin

Au mois de février 1071, dans l'expédition de Richilde contre Robert de Frise, expédition dans laquelle Philippe Ier, roi de France, prit le parti de cette comtesse ambitieuse et cruelle, la plupart des seigneurs de la France gallicane et wallonne vinrent à Saint Omer, rendez-vous des Français, et entr'autres le seigneur d'Hesdin Enguerrand, l'un des chevaliers bannerets de la cour. Bientôt s'engagea cette fameuse bataille près du mont Cassel, où Robert d'une part et de l'autre Richilde, chefs des deux partis, furent en même temps faits prisonniers au milieu d'un carnage qui coûta la vie, dit-on, à environ quarante mille hommes. Philippe, comme l'on sait, fut forcé de céder avec son monde.

L'année suivante, le fils aîné de Gauthier, Enguerrand, qui lui avait succédé dans son comté d'Hesdin, fit réparer le monastère d'Auchy ruiné dans l'irruption de Guermon et d'Izambard, et, en 1079, il ratifia toutes les donations par lui faites à cette abbaye, dont la restauration avait été commencée par son père, et confièrent à Héribert, 38eme Abbé de Saint-Bertin, le soin de pourvoir à l'organisation de la communauté. C'est cette même année que fut légalement fondée l' abbaye de Saint-Silvin. Enguerrand renouvela, ratifia, confirma ses précédentes donations, et Hubert, évêque de Thérouanne, les approuva par un acte authentique. Cette charte a été très-souvent réimprimée; les religieux d'Auchy l'inséraient encore dans le dernier mémoire qu'ils publièrent, quelque temps avant la Révolution, pour se soustraire à la domination de Saint-Bertin. La charte nous apprend que les comtes d'Hesdin abandonnèrent aux religieux la seigneurie d'Auchy, et, ce qui le prouve, c'est l'abandon qu'ils font de la dîme de ce lieu ; la concession des moulins et du droit de pêche sur la Ternoise; enfin, le droit de chasse dans les bois, et celui de prendre et juger les malfaiteurs, dans toute l'étendue de la terre.Ces prérogatives firent constamment regarder les religieux comme seigneurs du clocher et seigneurs dominants; aussi, les abbés se maintinrent-ils toujours dans le droit de se faire recommander au prône de la messe paroissiale. Suit la liste des fiefs concédés à l' abbaye. La charte de fondation d'Auchy fut souscrite par de nombreux témoins; ce sont, outre l'évéque de Thérouanne, Arnould, doyen; Baudouin, diacre; Gorelmus, chantre; Werin, chancelier; Odon, custode; les moines Jean, Lambert et Dragon; Enguerrand, comte d`Hesdin; Enguerrand , de Lillers; Robert, de Béthune; Robert, vicomte; Baudouin, de Heuchin; Humfroy, de Thiembronne.

Un an après, sa piété établit à Hesdin pour la chapelle du château une collégiale de chanoines avec douze prébendes, et, en 1094, il publia une charte en faveur du chapitre de cette collégiale dite de Saint-Martin, dont on a perdu le texte. Cette même année il fonda, avec la vertueuse Mathilde, son épouse et de l'agrément de Robert II, comte de Flandre, aux porte d'Hesdin, le prieuré de St-Georges, où il institua des religieux tirés de l'abbaye d'Anchin, ce qui lui valut les félicitations de l'évéque de Thérouanne Gérard. L'endroit où s'éléva ce prieuré, contigu aux remparts de la ville, n'était au XIème siècle qu'une agglomération de quelques maisons, qui formaient une sorte de dépendance de la ville, sous le nom de faubourg.

Enguerrand mourut sans enfants à la toute fin du XIème siècle car Norbert, abbé de Saint-Silvin, mourut en 1101, après 24 ans d' administration. Il avait accordé à Mathilde, veuve de Comte Enguerrand, une demeure près du monastère, sur l'emplacement même de la petite mainson de Saint Silvin. Il fut enterré dans le choeur de l'église d'Auchy. Il était representé sur sa tombe avec un casque en tête, visière baissée, épée et écu de ses armes à la main, et l'inscription suivante était gravée autour de son buste : Quinte iduum novembris obiit Ingelramus comes. Le long des bords du cénotaphe on lisait écrit en caractères gothiques : Hic jacet Ingelramnus comes qui hanc ecclesiaam Alchiacensem, ab exercitu Wermondi et Isimbardi destructam restauravit, anno Verbi ind. MLXXII.

Pierre tombale d'Enguerrand de Hesdin
Pierre tombale d'Enguerrand de Hesdin





Copyright Association des Amis du site historique du Vieil Hesdin
Contact Webmaster
Page valide XHTML 1.0 Strict et CSS
Valid CSS! Valid XHTML 1.0! Si7v