logoresomed
banniere
blason Vieil Hesdin

Jacques de Hesdin (né à Hesdin en ? / mort en 1270)

Il nous reste trois chansons (dont une pieuse : De Yesse naistra) de Jacques de Hesdin. Ce trouvère, contrairement à ses confrères, pensait assez mal du beau sexe (les femmes). Il ne cesse de répéter dans ses poésies que les femmes n'ont qu'une fausse vertu, qu'il est aisé de vaincre avec de la constance et des présens. Il recommande aux amans qui veulent conserver le coeur de leurs maitresses de ne jamais les perdre de vue, et de se ruiner, s'il le faut, pour satisfaire leurs moindres fantaisies. C'est le moyen de réussir en amour, selon lui, et si on ne l'emploie pas on est bien sûr d'être abusé et malheureux. On doit croire que le pauvre Jacques a été bien trompé dans ses affections. Nous allons le laisser parler lui-même :

Première chanson : Je chant comme desvez

Je chant comme desnés (en colère)
Com cil qui est guillés (trompé)
D'amors toute sa vie.
Prouèce, loïautés,
Ne sens, ne cortoiesie,
N'ont mès d'amour aïe (aidé) ;
Car cil qui fame prie
N'iert (ne sera) jamès escoutez
S'il ,'a deniers assez
Et sa borse garnie.

Cil qui vuellent amer
Par amor sans guiller (tromper)
Sans nule vilanie
Doivent souvent aler
Au geu por quaroler
Por voer qui lor siee.
Car cil qui fame prie
Ne doit queque nus die
Un seul jor trespasser
Qu'à li n'aille parller
Que fame es tout changié.

Moult ont grant hardement
Cil qui premièrement
Mist en fame pensée,
Fame est de tant talent,
Ci rit, ci va plorant,
Fame est tost remuée
Pot c'est l'amor fausée,
Fame est à ce menée
Qu'ele dit à chacun :
Je vos aim ...
Meus que nus por decevoir fu née.

Fame est ci-decevant
C'onques dex ne fist gent
En ordre, n'abéie,
Ne face son talent.
Fame va plus que vent,
Ci est, et ci ne n'est mie ;
Mès quant est bien garnie
La borse, et bien farsie,
Adonc est bienveignans
Et quant faut (manque) li argens
Lors et l'amor faillie !

On n'est pas plus impertinent que le vieux poète d'Hesdin, et il faut qu'il ait été bien malheureux en amour, bien berné, bien sifflé, pour qu'on lui pardonne une telle opinion émise sur les dames.

Deuxième chanson : Se par mon chant me pooie alegier

Se par mon chant mi pooie alégier
De l'ire grant que j'ai en mon corage,
Besoing n'auroit, car à moi rehetier (encourager)
Riens ne mi vaut, ne point ne m'a sauvage
Feuille, ne flor, chant d'oiseaux par bocage;
Plus sui dolent quant plus oi cointoier La douce vois du rosignol sauvage.

Dame, bien voi quor m' estuet foloier,
De vos amer ai empris grant folage,
Ce font amors qui m'i font adrecier,
Et mis mon cuer en si très haut estage;
Si redout moult que n'y aie damage,
Car j'ai oï conter et témoigner
Moul puet grever force de seignorage.

Dame, por Deu, car fetes adrecier
Vos dous regars qui m'ont en ostage
Vos savés que mavés a jugier
Votre houme sui, si vos ai fait houmage,
Se m'ocié vos j'aurès damage,
Car du sien hon maumetre et damagier
N'en otroist on ne pris, ne vasselage.

Dame, souvent avés oï jugier
Cil qui ne sent d'amors malage
Veut meus avoir en amors recouvrier
Que cil qui sert loiaument sans outrage
S'envient à vos eun du mont la plus sage,
Et si vos prine vueilliez acointier
Faus losenges dont vos aiez vitage.

Chançon, va t'en, et li di mon mesage:
Que plus loial ne porroit acointier,
Je ne dis pas plus vaillant, ne plus sage.





Copyright Association des Amis du site historique du Vieil Hesdin
Contact Webmaster
Page valide XHTML 1.0 Strict et CSS
Valid CSS! Valid XHTML 1.0! Si7v