logoresomed
banniere
blason Vieil Hesdin

Jehan Acars de Hesdin, né à Hesdin ?

« Ce poète, de la fin du XIIIème siècle et du commencement du XlVème, est auteur de ballades et de rondels qui se trouvent à la suite d'un manuscrit du roman de la Rose, par Jehan de Meung, dit Clopinel écrit 1332. »

On y compte 9 ballades et 9 rondels entremêlés. Ce poète sacrifie souvent au mauvais goût qui le porte à jouer sur la consonance des mêmes mots. Cette manie est particulièrement sensible dans sa première ballade que nous donnons ci dessous, non comme la meilleure pièce de l' auteur, mais comme un exemple du misérable genre qui n'a que trop souvent défiguré la poésie de nos anciens trouvères. Au reste, Jehan Acars est, dans maintes occasions, gracieux, courtois, agréable chanteur de l'amour honnête, et fort passionné pour le beau sexe.

Ses chants se ressentent beaucoup de l'époque où ils furent composés. Sa prise amoureuse fit, comme il le dit lui-même, au mois d'avril, et tout est printanier dans ses vers :

PREMIÈRE BALLADE :

Si plaisamment m'avés pris
Et espris,
Mes dous cuers que li mieux prise
Qu'à vous me renc et compris,
Ai compris
En ceste amoureuse prise,
Es dous biens qu`amours m'envoie
D'estre en voie
Pour vostre amour desservir,
Flours du monde à vous servir.

Donc ne doi estre repris,
L'ai empris,
Voloir de si noble emprise,
Car jà pour venir apris
Seuc apris
Mon cuer de si douce aprise
Que se jà merci n'avoie,
Si savoie
Mon cuer, sans jà m'esservir
Flours du monde à vous servir.

Gens corps ou riens n'a mespris
Et pourpris,
Du toute honneurs est pourprise,
Ançois que mors m'ait souspris
N'entrepris ;
Par grace soiez esprise,
Que vo pitiés me pourvoie,
Et si voie
Moi à ma vie asservir
Flours du monde à vous servir.

Premier Rondel.

Par si plaisant atraiance
M'a volu amours atraire.
Que ja ne m`en quier retraire,
Pris fu en douce semblance
Par si plaisant atraiance,
Que je preing en la plaisance
Voloir de dire et de faire,
Qu'il doie à tous amans plaire
Par si plaisant atraiance
En avril, en la saison gaie,
El temps que toute riens s'esgaie
Et tous cuers aléete suevre, etc.

"Le commencement de la seconde ballade est plein de charme et de douceur."

SECONDE BALLADE :

Dès ce que lui hors d'ignorance.
Et qui connu qu'estoit honnours
Emprienta vo douce semblance,
Dame, en mon cuer loial amours
Et je qui ne pensoie aillours
Liés à vous servir m'assenti,
Car cn sens et bonté aussi
Vi bien qu'estiés par droiture,
Flours de toute créature.

Pour ce dame plesans et franche
Ains que cheus soit en decours,
Mes cors par trop longue souffrance
Soit de moi pris aucuns boins tours,
Si qu'en pitié de vo secours
Voie mon cors povre enrichi
Et des maus dont tant ai laugui
Me prenes par vo grace en cure
Flours de toute créature.

Second Rondel

Tant et douce nourreturo D'amours que son gré faisans.....





Copyright Association des Amis du site historique du Vieil Hesdin
Contact Webmaster
Page valide XHTML 1.0 Strict et CSS
Valid CSS! Valid XHTML 1.0! Si7v