logoresomed
banniere
blason Vieil Hesdin

L'histoire de l'ancienne Hesdin


La ville sous la domination des Comtes d'Artois


En 1249, Robert fut tué en Palestine. Il laissa de sa femme Mahaut deux filles et un fils nommé Robert qui lui succèda dans le Comté d'Artois. Il accorda aux échevins et à la commune d'Hesdin deux foires franches, l'une au mois d'avril, l'autre le jour de l'octave de l'exaltation de la Sainte-Croix (en septembre). Hesdin était alors une ville commerçante et industrielle. Le tissage des laines anglaises était la principale activité industrielle de la ville, qui participait aux foires de Champagne et exportait à travers l'Europe occidentale et en particulier en Italie, où ses draps sont mentionnés à Sienne en 1221 et 1223.

En 1271, Robert partit avec le Roi, son oncle, pour la croisade. Il devint ensuite Régent de Sicile. Durant les années 1285 à 1289, Robert II d'Artois vécut dans cet extraordinaire climat intellectuel de la cour de Sicile, où vivaient encore de nombreux savants arabes. A Palerme se trouvaient de merveilleux jardins, ainsi que le château de la Ziza, qui se traduit par le Glorieux. Robert a visité ces jardins et ces palais où se trouvaient peut-être des machines, conçues par les savants arabes, destinées à amuser et à divertir les visiteurs.

De retour à Hesdin, Robert effectua dès 1293 de grandes dépenses dans son château. Il y fit exécuter des travaux considérables. En 1295, il fit construire le mur d'enceinte du parc.

En 1302, Robert tomba à la bataille de Courtrai; sa fille Mahaut lui succéda. Cette succession ne se fit pas sans difficultés : en effet, Robert II avait un petit-fils, Robert III, qui pouvait prétendre au titre de Comte depuis la mort de son père. Or, une coutume d'Artois ne permettait pas aux enfants de représenter leur père ou leur mère dans la succession de leur aïeul, ce fut donc Mahaut, sa tante, qui hérita des états paternels.

Elle entreprit elle aussi de grands travaux à Hesdin, continua l'oeuvre de son père, agrandit le château et fonda un hôpital. Elle s'opposa encore à son neveu Robert, et Philippe le Bel rendit, en 1309, un jugement qui détruisait les prétentions de Robert; celui-ci reçut en dédommagement le Comté de Beaumont-le-Roger, en Normandie.

La Comtesse Mahaut mécontentait ses sujets, et une partie de la noblesse du pays se souleva contre elle. Le roi de France envoya en vain des troupes pour contenir les rebelles, ceux-ci se choisirent pour chef Robert III qui s'empressa de lever une armée et de marcher sur l'Artois. Arrivé à Hesdin, Robert pilla le château; peu après, il prit Avesnes et Arras, mais en 1316, un arrêt du Parlement le dépouilla de sa puissance usurpée et reconnut totalement les droits de la Comtesse Mahaut. Celle-ci finit par se retirer à Hesdin, laissant son comté à sa fille Jeanne, veuve du Roi Philippe V; celle-ci fut à son tour emportée en 1330, laissant une fille du même nom, Jeanne de France, mariée au Duc Eudes de Bourgogne. Hesdin était maintenant sous la domination de la première maison de Bourgogne.

Cette période est relatée dans le roman historique de Maurice Druon, Les rois maudits, qui nous rend ces personnages plus vivants qu'un froid rapport historique.

Hesdin était une importante forteresse à trois enceintes, entrecoupée de fossés, hérissée de tours flanquantes, truffée de bâtiments, d'écuries, de greniers, de resserres, et reliée par plusieurs souterrains à la campagne environnante. Une garnison de huit cents archers pouvait y tenir à l'aise. A l'intérieur de la troisième cour se trouvait la résidence principale des comtes d'Artois, composée de divers corps de logis somptueusement meublés.

Les rois maudits, tome 3, les poisons de la couronne.
2° partie : Après la Flandre, l'Artois, chapitre 3 : Le second couple du royaume





Copyright Association des Amis du site historique du Vieil Hesdin
Contact Webmaster
Page valide XHTML 1.0 Strict et CSS
Valid CSS! Valid XHTML 1.0! Si7v